Un Dalmatien oui mais à quel prix….

Le succès qu’a rencontré le Dalmatien à la suite du film de Walt Disney « les 101 dalmatiens » le plaçait dans la catégorie des chiens à la mode. Cet engouement n’a, de loin, pas été bénéfique pour la race et bien au contraire : production intensivemariage hasardeuxdéveloppement excessif des tares, trouble du comportement…..

Aujourd’hui l’engouement est passé mais les conséquences sont, quant à elles, toujours bien présentes…. Tout d’abord, il vous faut savoir qu’il existe plusieurs types d’élevages : Les marchands de chiens, l’éleveur professionnel, l’éleveur familial, le particulier, qui vous proposent des chiots inscrits ou non-inscrits au LOF, livre des origines française (c’est le livre qui est français et non les origines). Ils ne pratiquent  aucun tests de santé «ou un minimum» sur les parents avant la reproduction, sans aucun programme d’élevage, et dont leur seul objectif est de vendre.

Ensuite, il y a les éleveurs sérieux et passionnés qui font les tests de dépistage de tares ou problèmes génétiques sur les parents avant la reproduction, qui connaissent les points forts et faibles des pedigrees de leurs chiens, ce qui leur permet de faire des mariages réfléchis dans un soucis constant de l’amélioration de la race. Ces éleveurs ont pour seul objectif de produire des chiens de bonne qualité afin de vous apporter le maximum de garanties au niveau de la bonne santé et du comportement des futurs chiots.

Qu’est-ce qui justifie de telles différences de prix chez le Dalmatien?

Comme toute chose, la qualité a un prix.

Un chiot issu de parents avec un pedigree de qualité et primés en exposition canine, champion de beauté, testés officiellement contre la dysplasie des hanches et des coudes, contre la surdité et ne travaillant qu’avec des reproducteurs entendants bilatéraux PEA +/+ , ne peut décemment pas être vendu à moins de 1100 euros au vu des coûts et du temps de travail des éleveurs.

D’autres facteurs sont à prendre en considération dans le prix du chiot: la beauté des parents, la qualité du chiot,  la réputation de l’élevage, les infrastructures pour le bien-être des chiens et des chiots, le soin apporté par l’éleveur à la socialisation des chiots……

LES SIGNES QUI NE TROMPENT PAS

dans les petites annonces, sur les sites web, lors d’échanges d’emails ou téléphoniques.

Certains signes peuvent mettre facilement la puce à l’oreille concernant les éleveurs non éthiques ou irresponsables.  Les éleveurs irresponsables sont souvent habiles à montrer une image qui ne représente pas la réalité : ce sont des vendeurs avant tout!   Il faut se renseigner sur la race, les maladies et tests liés à celle-ci avant de faire le tour des éleveurs pour mieux pouvoir  juger   de   leurs   connaissances   et   démasquer   les   plus   habiles   à   improviser. Les  clubs   de   race  sont   des   sources fiables pour en apprendre plus sur les tests importants.

Quelques règles d’or pour l’acquisition d’un chiot

• Règle n°1

Visitez l’élevage afin de vous assurer que les chiens et chiots sont élevés dans de bonnes conditions, que les chiens ont suffisamment d’espace, sont épanouis et en bonne santé.

Dans le cas contraire faites demi-tour sans hésiter !

Privilégiez un élevage qui ne fait naître qu’une ou deux races, un éleveur multi-race ne peut pas connaître toutes les races qu’il élève comme pourrait le faire un passionné de la race.

• Règle n°2

Les éleveurs sérieux utilisent pour la reproduction uniquement des chiens ayant passés les tests de santé recommandés pour la race.

Quels sont ces tests de santé pour le dalmatien? Radio Hanches et coudes, test de surdité et reproducteur essentiellement entendant bilatéraux PEA +/+.

Demandez de voir les dossiers de santé des chiens, c’est une étape essentielle lors de l’achat d’un chiot puisque certains chiens de race pure ont des antécédents de troubles de santé héréditaires. Les bons éleveurs ont établis des programmes d’élevage qui réduisent considérablement ou éliminent la possibilité de tels troubles chez leurs chiens. Demandez donc de voir les certificats de santé du père et de la mère. L’absence du père sur les lieux importe peu car l’éleveur doit avoir des copies des certificats.

Les bons éleveurs s’assurent que les parents aient tous les certificats de santé nécessaires avant l’accouplement.

Mises en garde :

  • L’éleveur affirme qu’il ne possède pas de dossiers de santé ou que ceux-ci seront envoyés avec le pedigree du chiot.
  • L’éleveur affirme que la race ne souffre pas de problèmes de santé.

• Règle n°3

L’éleveur doit faire preuve de transparence, dans ce qu’il dit au niveau des résultats en concours de ses chiens :

Par exemple: « Mes chiens sont Champions ou de lignée de Champion », il faut bien vérifier les dires de la personne. Une ligne de Champions ne veut pas dire nécessairement que les reproducteurs sont Champions ou de qualité pour la reproduction. Les titres de Champions se gagnent avec le travail et la détermination  de l’éleveur consciencieux.

• Règle n°4

Un seul type d’éleveur en France peut vous garantir les origines « pure race » de votre futur chiot, par la délivrance d’un Pedigree (certificat de naissance), celui produisant des chiens inscrits au LOF «Société Centrale canine »

Mises en garde :

N’achetez pas un chien sans pedigree même s’ils sont moins cher à l’achat (quoique bien souvent le prix est élevé par rapport à la qualité). Sur un chien non LOF vous n’avez aucune garantie de race. L’éleveur qui produit du non-LOF, vous dira que les papiers ne servent à rien si vous ne voulez pas faire d’expositions de beauté ou de concours divers … ce n’est pas vrai ! le LOF, est un acte par lequel on donne une véritable identité au chien. Sans cette inscription, votre chien est assimilé à «un croisé »( un croisé = chien issus de 2 parents de race mais de races différentes ou multi-race indéfinies!). Achèteriez-vous un croisé, à 500 euros ou plus….. et surtout poser la question a l’éleveur non-LOF: où est sa passion puisqu’il n’est pas investi dans la race (pas de pedigree pour les géniteurs, pas de dépistage des tares, rien pour vous prouver les qualités des géniteurs, etc….)

Il vous dira aussi, peut-être, que votre chien peut avoir son pedigree plus tard. Oui, c’est ce qu’on appelle le pedigree à titre initial. Un véritable parcours du combattant, il va vous falloir l’inscrire en exposition canine et que votre chien obtienne un Très bon, lui faire passer son CSAU ou TAN,  lui faire faire un dépistage de dysplasies coxo-fémorales,

(le certificat de naissance est indispensable si vous désirez faire des concours de travail avec votre chien) enfin bref, tout cela va vous coûter bien plus cher que la différence de prix entre un chien inscrit au LOF et un non-LOF.

En conclusion

Adopter un chien, ce n’est pas comme prendre un billet de loterie et tenter la chance. Avec du bon sens et de la réflexion vous pourrez déjà écarter bon nombre de problèmes et vivre pleinement avec votre compagnon pendant plus de 10 ans.

LA RACE A DEJA BEAUCOUP SOUFFERT : Des éleveurs passionnés de la race se battent pour faire du dalmatien ce chien noble et majestueux, au comportement stable et doux qui vous fait rêver aujourd’hui…. Le meilleur hommage que l’on puissent faire à ces personnes ayant bataillé, sacrifié leur temps et leurs loisirs, c’est de ne pas encourager la production hasardeuse de dalmatien, non LOF, les croisés, les types dalmatien ou l’achat en animalerie, des chiens au comportement hyper actif, dominant, destructeur, instable ….. Qui détruise l’image de la race….

Les commentaires sont fermés.